Le gouvernement prépare un plan de revitalisation des territoires ruraux pour 2018. La Creuse devrait être le laboratoire de ce plan ruralité en cours de préparation. En cas de succès, il pourrait être très vite étendu.

Consultés, les élus de la CCI ont fait parvenir leurs propositions au représentant de l'Etat...

tl_files/cci-creuse/contenus/actualites/VIE INSTITUTIONNELLE/cci-plan_de_revitalisation_internet.jpg

tl_files/cci-creuse/contenus/actualites/VIE INSTITUTIONNELLE/cci-plan_de_revitalisation_internet.jpgLa typologie de ce territoire à dominante hyper-rurale

La situation dégradée du département de la Creuse se caractérise par une déprise démographique, une capacité limitée à anticiper les mutations économiques, une fragilisation de certains bourgs, une disparition accélérée des commerces de centre-ville et de centre-bourg. En outre, l’enclavement de certains territoires pénalise leur attractivité et leur développement en les excluant des réseaux d’affaires nationaux et internationaux. Le tissu économique creusois, plutôt diversifié, est composé à 94 % d’entreprises de moins de 10 salariés.

En effet, les mutations démographiques, économiques, sociales qui affectent les espaces ruraux du département convoquent une nouvelle dynamique organisationnelle des structures publiques, consulaires et privées. Le défi à relever est de transformer les territoires atomisés en territoires de projet par une mobilisation collective au service de la création de richesse locale et régionale.

Cependant, l’écosystème régional (CCI, Conseil Régional, ADI,…) doit jouer à plein son rôle d’entraînement, pour compenser l’effet de concentration induit par la Métropole bordelaise. L’objectif est de valoriser les initiatives et dynamiques territoriales. Dans cette perspective, il doit être un vecteur de dynamisation des territoires par la diffusion des nouveaux leviers de création de valeur (transition énergétique, transformation numérique, renforcement des filières d’excellence, développement touristique, revitalisation des centres villes et des centres bourgs …) qui favorise la performance, l’attractivité et la cohésion territoriale.

Les priorités pour ce département sont :

  • Maintenir et développer l’activité économique locale dans toutes ses composantes, facteur de cohésion sociale et de création de valeur, en tous lieux du territoire ;
  • Attirer, fidéliser et valoriser dans chaque territoire les compétences clés nécessaires au développement des entreprises ;
  • Exploiter la richesse des savoir-faire locaux et des filières d’excellence territoriales ;
  • Favoriser l’émergence et la réalisation de projets économiques locaux innovants créateurs de richesse et d’emploi ;
  • Optimiser les liaisons routières, ferroviaires, numériques avec les différentes composantes territoriales pour s’inscrire dans les dynamiques de développement nationales et internationales.

Le plan d’action proposé au Préfet du département vise à explorer les principaux défis et opportunités de développement du territoire.

Les voies et moyens suggérés par les élus consulaires sont de nature à contribuer activement et collectivement à la dynamisation ainsi qu'à la valorisation des territoires de projet.

tl_files/cci-creuse/contenus/actualites/VIE INSTITUTIONNELLE/Plan de revitalisation de la Creuse.jpg

Le programme formalisé par les élus consulaires s'articule autour de 5 axes :

  • Axe 1 : Créer un contexte favorable (fiscalité, aides, …)
  • Axe 2 : Concevoir une nouvelle ingénierie territoriale (task force économique, dossier center parcs, conduite des projets structurants, accompagnement des territoires de projet…)
  • Axe 3 : Agir pour un développement équitable du territoire (infrastructures routières, ferroviaires, numériques, l'économie résidentielle, la création/reprise d’entreprise…)
  • Axe 4 : Conduire un plan de revitalisation démographique (politique d’accueil,…)
  • Axe 5 : Mettre en œuvre une stratégie de marketing territorial (marque territoriale, actions sur l’image perçue du territoire…)

Ce plan de revitalisation exige un cadre fédérateur, une gouvernance, un pilotage clair, une communication continue, un portage politique et socio-professionnel capable de fédérer autour d’une vision commune et un budget spécifique modulable.

Revenir